Edito février 2020

Après 3 ans de tergiversations et de rebondissements, le feuilleton qui semblait éternel est terminé.  Le 31 janvier marque la fin d’un mariage de 47 ans, pendant lequel s’est vécu le meilleur et le pire.  Une nouvelle date s’inscrit dans les livres d’histoire.  Les futurs petits écoliers anglais et français apprendront ce que veut dire ce drôle de mot, le Brexit, ils composeront des exposés sur ses causes et ses conséquences.

J’écris cet édito dans le train qui me ramène dans le sud après un weekend passé auprès de nos sœurs de la communauté de Bonsecours.  En Normandie, l’histoire partagée des deux pays si chers à mon cœur est tangible. On y voit les traces, non seulement de deux guerres mondiales, mais bien au-delà, la rivalité et l’amitié de ces deux peuples séparés par la Manche.  Le gisant de Guillaume le Conquérant, le bûcher de Jeanne d’Arc nous rappellent que le « Crunch » n’est pas né avec le tournoi des Six Nations : la Normandie envahit l’Angleterre, l’Angleterre envahit la Normandie, des siècles d’invasion et de retrait, d’alliances formées et rompues.  Pendant les cinq ans que j’ai vécu à Rouen, je me faisais bien discrète lorsque, fin mai chaque année, la mémoire de Jeanne d’Arc fut célébrée par de grandes fêtes.  Quelques jours plus tard, le 6 juin, je levais haut la tête à l’anniversaire du débarquement sur les plages d’Arromanches. Voilà donc que la Grande Bretagne a pris ses distances économiquement parlant : qu’on soit pour ou contre, il faut maintenant avancer.  La tristesse exprimée par Emmanuel Macron en s’adressant à la nation française au moment de ce départ fut, je crois, sincère et preuve que les relations ambiguës d’affection et de taquinerie perdureront toujours entre ces deux nations liées par bien plus qu’un tunnel.

En face de la maison des sœurs s’élève la majestueuse Basilique de Notre Dame de Bonsecours. Elle représente un autre royaume qui transcende toutes les barrières, toutes les frontières – un royaume où les peuples de toutes les nations sont accueillis, un  pays où règne une toute autre souveraineté : notre vraie patrie à tous.

Sr Jane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *

Restons connectés ensemble

N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour recevoir nos actualités et événements

Partagez autour de vous

Rejoignez-nous sur

Nous-contacter

Maison provinciale
38 avenue Notre Dame
07700 Bourg-Saint-Andeol

Nous contacter par mail

04 75 54 77 62

Agenda

mercredi 23 septembre 2020