Édito de Sœur Jane de Mai 2020

Deux mois sans l’activité intense des humains et la planète a pris un sacré bol d’air …
Le quasi arrêt des transports et de l’industrie a fait un bien fou à Dame Nature. Une chute de 20 % à 30% de la pollution de l’air, c’est du jamais vu en 40 ans de mesure. Les moteurs se sont tus et le gazouillis des oiseaux s’est fait entendre. On a vu les canards faire le trottoir parisien, les dauphins et les thons s’aventurer tout près des ports libérés des va-et-vient constants des bateaux et les cerfs et les sangliers faire les curieux dans les centres-villes déserts. 
Finalement le confinement aura plus fait pour l’écologie que tous nos efforts combinés depuis des années.
Partout le même constat à travers le monde. « Le confinement pourrait sauver plus de vies grâce à la réduction de la pollution que le virus lui-même n’en menace » a dit François Gemenne, directeur de l’observatoire Hugo.
Ces cinquante-cinq jours à la maison nous auront fait un bien fou à nous aussi. Ils nous ont fait penser le nez levé du guidon, nous avons pu réfléchir sur nos modes de consommation, sur nos façons de travailler, sur nos rapports aux autres.
Ne nous ont t’ils pas fait séparer le nécessaire du superflu, l’indispensable de l’accessoire ? 
Nous aurons vu, la valeur de ces hommes et femmes invisibles, sous-estimés, qui sont aujourd’hui appelés « Héros », que nous sommes tous interdépendants et responsables les uns pour les autres et que nous n’en sortirons pas sans des engagements universels.
Nous aurons un peu mieux compris ce que le Pape François nous dit dans ses encycliques Laudato si’ : Tout est lié.
Ne faut-il pas voir le Coronavirus comme un réveil, brutal, oui mais nécessaire, nous rappelant notre juste place dans l’équilibre fragile de notre Maison commune ?
Peut-être bien que cette pandémie est là pour nous montrer que notre planète peut encore être sauvée, mais au prix de changements drastiques dans notre mode de vie. Changements drastiques mais réalisables si nous nous mettons ensemble de tous pays, de toutes religions et idéologies, de tous partis politiques et de toutes classes sociales pour écouter et entendre le cri de la terre et le cri des pauvres afin d’y répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *

Restons connectés ensemble

N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour recevoir nos actualités et événements

Partagez autour de vous

Rejoignez-nous sur

Nous-contacter

Maison provinciale
38 avenue Notre Dame
07700 Bourg-Saint-Andeol

Nous contacter par mail

04 75 54 77 62

Agenda

mercredi 23 septembre 2020